Page:Potvin - Restons chez nous!, 1908.djvu/27

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
— 27 —

sombres et sublimes beautés de la rivière sans pareille ; aujourd’hui, on vante à l’envie les belles paroisses sises sur ses bords, ses champs de blé ondulant à la brise et ses puissantes industries qui ont fait et font encore la richesse de ses habitants…

C’est que tout a bien changé dans ces contrées depuis cette année 1837 où arriva, en ces forêts, un découvreur, disons un fondateur ; un de ces hommes qu’attire invinciblement l’attrait de l’inconnu, pourvu qu’ils y trouvent de glorieuses difficultés à vaincre et du bien à faire à leur patrie.

Cet homme entreprenant et courageux se nommait Alexis Tremblay, dit Picoté, et venait de la Malbaie. Il arrivait au Saguenay dans l’intention d’explorer et d’exploiter les magnifiques forêts de pins qui devaient être la première moisson offerte aux défricheurs de ce pays.

Il ne nous appartient pas de faire, ici, l’histoire des premières années de la région du Saguenay. Disons que Tremblay, après son exploration, revint à la Malbaie et forma une société de 21 actionnaires que l’on appela la « Société des 21 ». Tous, en hommes courageux, quittèrent ensuite leur paroisse pour les forêts saguenayennes où ils devaient s’établir, vivre et mourir. Ajoutons que pendant plusieurs années, ils firent ce qu’on appelait la