Page:Pradez - La Revanche du Passé, 1900.djvu/16

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


quelque chose, moi, murmura-t-elle, pourquoi ?

Une heure plus tard, la mère et la fille avaient rejoint Gertrude dans le nouveau domicile, ensoleillé et spacieux, que l’institutrice d’Élisabeth avait découvert dans le voisinage de sa propre demeure.

Une voiture de déménagement venue de la gare, de grand matin, stationnait encore devant la maison, se vidant lentement de son contenu.

On avait attendu, pour sortir de leur abri les meubles supplémentaires arrivés du dehors, que le mobilier ordinaire du petit ménage fût installé. À présent le déballage s’opérait, et du ventre du lourd wagon s’échappaient, un à un, des vestiges d’une vie vécue ailleurs, vieux débris, pour la plupart fatigués d’usage, mais dont l’aspect encore cossu donnait à l’excessive simplicité du reste un air chétif et misérable.

La figure un peu pâle, Mme Georges dirigeait le travail des ouvriers. Elle donnait