Page:Pradez - La Revanche du Passé, 1900.djvu/41

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


terrain cette plante de plus en plus gourmande, qui s’appropriait tout le gras du sol, mais un jour, enfin, il en avait eu assez de ce stupide servage, et brusquement il avait coupé les vivres à ce rôdeur de nuit qui se faisait entretenir, lui, tout battant neuf de jeunesse, par un homme déjà vieux et malade.

C’était ce jour même que Mme Musseau avait aperçu l’entrefilet de Mme Georges :

« On demande une institutrice externe, diplômée, pour enseignement complet. »

Tout de suite, elle avait tiré du fond d’un tiroir de vieux documents jaunis, et sa résolution avait été prise. En annonçant à André la décision malveillante du caissier, elle lui avait dit :

— Ne te désole pas, tu as le temps de chercher ce que tu désires. Je me charge de tout.

Il y avait quatre ans qu’ils patientaient ainsi, elle et lui ; André avait atteint ses vingt-huit ans, et ce matin-là, en se dirigeant