Page:Pradez - La Revanche du Passé, 1900.djvu/60

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


œil vague les tourbillons de poussière blanche que la bourrasque soulevait et emportait sur son passage.

Elle était si absorbée qu’elle n’entendit pas la porte s’ouvrir. Elle tressaillit au bruit d’une voix résonnant tout près d’elle.

— Cette fois, Madame, disait Gertrude, c’est pour tout de bon. Nous aurons de l’eau.

Tout en parlant, la servante s’approcha de la fenêtre, l’ouvrit, et fixa solidement le volet à son crochet.

De grands nuages aux formes bizarres, curieusement déchiquetés, se succédaient en courant sur le fond livide du ciel, et des choses légères passaient très vite devant les fenêtres, brindilles arrachées aux arbres, éclats d’ardoises volant des toits, tous les menus débris amassés au coin des gouttières que la tempête éparpillait sous son coup de balai.

Tout à coup une épaisse nuée basse, très noire, roula sur les autres et les couvrit. Toute la lumière blafarde du ciel s’obscurcit,