Page:Pradez - La Revanche du Passé, 1900.djvu/62

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


injustice sans qu’elle eût besoin de réclamer sur ce point délicat des éclaircissements plus directs. Mais chaque jour accentuait au contraire davantage entre ces deux êtres liés à sa destinée la mésintelligence inexplicable. Restée incompréhensible à sa raison, cette division sourde établie à son foyer devenait tous les jours pour son cœur plus vexatoire, plus blessante : elle ne pouvait plus la supporter.

Si seulement l’animosité mystérieuse s’était trahie quelquefois par des mots, manifestée par des faits, la mère eût vite démêlé d’où venait le mal, elle aurait eu alors un rôle défini à jouer, un point de départ assez sûr pour ne pas risquer d’aller s’égarer dans de dangereuses manœuvres ; mais il n’y avait jamais d’échange de paroles entre Élisabeth et Gertrude, et, au sortir de ses longues méditations, Mme Georges allait toujours se buter à la même conclusion.

— Quoi qu’il arrive, je ne peux pas renvoyer Gertrude, elle doit rester avec moi.