Page:Procès verbaux des séances de la Société littéraire et scientifique de Castres, Année 1, 1857.djvu/75

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
— 75 —

M. de Caumont a été un des promoteurs les plus ardents et les plus actifs de la science nouvelle. Il a bien souvent, avec l’autorité que donnent des travaux importants et des services nombreux, rendu hommage aux recherches les plus modestes. Les Sociétés se sont engagées dans cette voie où elles avaient peu de gloire à attendre, mais beaucoup de faits à constater, des découvertes à faire, des erreurs à redresser. Elles ont voulu être utiles dans leur sphère restreinte, convaincues que, de la réunion des efforts individuels ou collectifs, appliqués à une localité, sortirait inévitablement quelque chose de complet. Le succès a répondu à leurs espérances. Ce que l’on dédaignait autrefois, on le recherche aujourd’hui ; et aucun reste du passé ne disparaît, sans laisser une trace dans le souvenir et dans les travaux des hommes qui ne veulent être indifférents pour aucune des manifestations de la vie de l’humanité.

Le Caslellum Romanum étudié par M. de Caumont, avait été déjà l’objet d’un travail important de M. Boileau et d’une description de M. Roach Smith, de Londres. En appelant l’attention sur cet ouvrage, M. de Caumont a voulu non seulement en donner une idée complète aux antiquaires, mais encore leur signaler les études de ce genre qu’ils pourraient faire sur bien des points de la France qui n’ont pas été encore suffisamment explorés.

Le Castellum de Larçay occupe le sommet d’un côteau sur la rive gauche du Cher, non loin de la route qui va de Tours à Bléré. Il présente la forme d’un carré régulier. Le côté sud a un développement de 75 mètres ; il était flanqué de quatre tours. Les deux côtés plus petits n’en avaient que trois. Les murs, dans leur plus grande hauteur, s’élèvent à 6 mètres ; ils sont appuyés, comme presque tous les ouvrages de défense gallo-romains, sur le sol superficiel, sans excavations. Leur épaisseur est de 4 mètres à la base. La première assise de la tour du côté de l’ouest se compose de plusieurs fragments de grand appareil, parmi lesquels on remarque plusieurs tronçons de colonnes cannelées.