Page:Procès verbaux des séances de la Société littéraire et scientifique de Castres, Année 1, 1857.djvu/76

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
— 76 —

À l’intérieur de la place, le long du mur oriental, sur la base du revêtement, des fûts de colonne sciés par le milieu et disposés d’une manière symétrique attirent l’attention. Une place de guerre aurait-elle été construite avec des débris de bâtiments ? Ce qui le ferait supposer, c’est que d’autres habitations gallo-romaines sont groupées dans le voisinage du Castellum. On y trouve des fragments de poterie rouge, des tuiles à rebords, des briques, des monnaies romaines. Il est impossible de déterminer avec quelque exactitude l’importance de cette agglomération. Peut-être des fouilles faites avec méthode et d’après les données de l’expérience, permettraient-elles d’arriver à des conjectures qui ne seraient pas sans importance. Les Romains, immédiatement après la Conquête, comme au moment où ils étaient obligés de se défendre contre les invasions du Nord, avaient adopté un système de châteaux fortifiés, rattachés entre eux par des voies et appuyés par des camps mobiles. Peut-être y aurait-il intérêt à dresser une carte exacte de ce travail d’ensemble. Rome n’agissait que sous l’empire de principes traditionnels. Tout dans ses actes était régulier. Les mœurs s’altérèrent ; elles se corrompirent, au point d’amener une dissolution inévitable : le courage avait perdu sa confiance ; le nom de patrie n’avait plus ce magique pouvoir qui faisait des prodiges ; mais, jusqu’au dernier moment, l’organisation militaire resta entière, les mêmes ordres dirigèrent l’attaque et la défense ; on perdait les provinces et bientôt le territoire de la patrie, en conservant les formes extérieures de la discipline qui avait fait conquérir le monde.

En reconstituant l’état topographique de la Gaule, au moment où les Romains la disputaient à leurs vainqueurs, on constaterait donc en même temps l’état antérieur, et l’on jetterait un jour nouveau sur les procédés de la conquête. Ainsi, les travaux stratégiques des Romains seraient, grâce à ces observations de détail, ramenés à une vue d’ensemble ; et les antiquités des divers points de la France, mieux connues, donneraient l’explication de bien des faits dont la cause est ignorée.