Page:Procès verbaux des séances de la Société littéraire et scientifique de Castres, Année 1, 1857.djvu/85

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
— 85 —

Au point de vue purement local, l’histoire de ce procès, si elle eût pu être complète, et appuyée sur les documents qui étaient entre les mains des parties, aurait permis peut-être d’expliquer comment l’abbaye de Belle-Celle, située à peu de distance de Castelnau de Brassac, et dont la fondation remonte à Saint-Benoît d’Aniane, était devenue une paroisse et avait pour annexe l’église de N.-D. de la Platé, dans Castres. Les revenus de l’évêché, du chapitre et des deux églises nous auraient été connus à des époques différentes ; il y aurait eu de l’intérêt à les étudier dans leurs rapports avec les charges qui leur étaient imposées. Quelques papiers de Saint-Benoît n’ont pu être encore examinés. Peut-être jetteront-ils quelque jour sur des questions qui ne manquent pas d’importance, pour une Société jalouse de rechercher tout ce qui tient au passé du pays Castrais.


M. Alibert, pharmacien à Roquecourbe, adresse à la Société un rapport sur une découverte récemment faite aux environs de cette ville, et qui lui paraît digne d’attention.

À un kilomètre de Roquecourbe, sur la route de Castres, s’élève un plateau qui domine la vallée de l’Agoût. Il est borné au nord par une dépression de terrain qui le sépare de la métairie de Granusse, où la tradition rapporte qu’on voyait autrefois un manoir féodal, dont il ne reste aucun vestige. À l’ouest, s’étendent des buttes naturelles qui lui donnent l’aspect d’un vaste polygone. On trouve sur son périmètre, le double Mas d’Enfau, le château de Lacam ou de La-Calle et le domaine des Fossés.

Vers le centre du plateau, des ouvriers défonçaient un champ appartenant à M. Cumenge. À la profondeur de 30 centimètres, leur outil mit à découvert des vases de terre qui se brisèrent sans effort, et ne laissèrent entre les mains de l’ouvrier, qu’une poignée de terre à laquelle étaient mêlés de petits os. Les travaux continuèrent et permirent à M. Alibert de réunir des fragments de poterie, des ossements de petite dimension, et des morceaux de