Page:Procès verbaux des séances de la Société littéraire et scientifique de Castres, Année 2, 1858.djvu/33

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
— 33 —

thagore. Elle resta parmi les doctrines secrètes de ses disciples. Le système des apparences prévalut pour le reste du monde, et Ptolémée, joignant à ses propres observations, le résumé de la science de son temps, le formula dans une théorie complète des mouvements célestes. Les Arabes transmirent ces notions à l’Europe occidentale qui les admit jusqu’au commencement du XVe siècle, où le cardinal de Cusa fit revivre l’idée pythagoricienne.

En 1543, l’année de sa mort, Copernic, chanoine de Thorn, donnait un corps à une idée vivace mais vague, qui s’était perpétuée à travers vingt siècles. En plaçant le soleil immobile au centre de notre système planétaire, en faisant tourner autour de lui, d’Occident en Orient, les planètes Mercure, Vénus, la Terre, Mars, Jupiter et Saturne, en donnant à la terre une rotation journalière autour d’un axe toujours parallèle à lui-même, il expliqua toutes les apparences des mouvements célestes, par un mécanisme dont la simplicité contrastait avec les complications obligées du système de Ptolémée.

Galilée adopta et professa ce système. Ce n’était pourtant qu’une théorie, et les astronomes pratiques qui n’ont à observer que les mouvements relatifs des astres, trouvèrent plus commode de conserver à la terre le centre du mouvement. De 1580 à 1597, Tycho-Brahé, astronome danois, célèbre par ses découvertes sur le mouvement de la lune, par l’introduction de la réfraction dans les observations astronomiques, par ses études sur les comètes, composa un système mixte dans lequel il supposait, avec Ptolémée, le soleil et la lune tournant autour de la terre fixe ; et, avec Copernic, les autres planètes exécutant leur révolution autour du soleil emporté lui-même dans le mouvement de la terre.

Képler modifia le système de Ptolémée, et découvrit les trois fameuses lois qui portent son nom. En 1609,

3.