Page:Projet de Constitution de Condorcet PDF 1 -1DM.pdf/38

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


( BF î qprâàaâîllcs qui ont été faites, depuis typo, par des corps \ Cu ~ Sous lktncienne Conflitution , les eotps dépattcmentaires devaient nëteflàiterucut devenir un nppui pour le pouvoir royal , le fet- vit a le défendre tcowte Ystilcntblife des Réprélintans du peuple. La nature de leurs fonelinns devoir leur donner un penchant même involontaire, pour tout ce qui pouvoir augmenter la force du gouvernement J pour tout ce qui paroilloit tendte à maintenir la tranquillité, à toniîstvet les clmfcs établies. D'un autre eôté , les éleëleurs choiûs par les citoyens devaient le regarder comme leurs Repréfcntans les plus immédiats, voit en quelque forte leur ouvrage dans les dëptttés qu‘ils avaient choi- Ss, clicrelxet à devenir dans l`¤tdte liriqtte quelque cliol`c de plus que de limplcs élelleursg mais iïtlcvoicnt en même temps li: rëuuir au parti po ulaite des allîmblées nationales, 8: les ai- ` det à combattre les ullrtpatiom des autres pouvoirs. Sous ce point- de~vue ils pnuvoient paroître un contrepoids utile peut la liber- té , quoique dangereux pour la paix, la tranquillité générale , sr même pour l'unué de Fcmpite. Mais puifque la 'Républiqoe a remfplué le (yllême incohérent ie lervile du royalifme limité , lor que tout doit faire delitet qu’un corps unique , principe de toute Yaêîon (ociale , confetve l'unité dans toute la force, les eoxps éleflotaux ne poutroient plus exercer leur induence que contre l‘AlTen1blée des Reprél`en· mns de la nation entière; ils deviendraient , contre cette Allem- blée ar contre les agen: nationaux, Pappui des adminillrationt paré rieoliètrs. Leur confetvation mcnaceroit fans celle l'i¤¢livi£b1lit.é ` de la Ré ublique, il donneroit une force dangereofe à toutparti qui voudltoit transformer la France en une ligue de Répulilt uen confédétées , puifqne chaque département oEt1roit alors une Em: de repréfentatioo particulière, qu'il fuliiroit de ralfemblez et de ttiâkttre EB aüivité pour y créer uu centre de pouvoir ifolé ac tr · n ant. Ilplçuüfoit donc d‘érre all`uré de la pollibilité de le palier des corps élcéloraux, pour s'emprell”cr de tendre aux citoyens le droit d`é· leiêion imm diate qui lcut avoit été enlevé. En examinant les divcrûes forme: d’éle&ioo qui PCIIVUII être établies , on trouvera qifelles ne peuvent conduire a faire cow tnoîtte ceux que la majorité regarde comme let lus dignes d'nue place , li le nombre des candidats n'a d'abordPété limief par une déclaration de la majorité 5 que dell entre ceux-li ieuls qtfelle a cru devoir rmlletmet (on choix , parce q\t‘elle ic; tonëdère comme [culs capables d'exercer les fonàious d'une