Page:Proudhon - La Pornocratie, ou les Femmes dans les temps modernes.djvu/94

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


le caractère français par excès de féminisation. Le type germanique, d’après la description qu’en fait cet écrivain, paraîtrait l’un des mieux équilibrés dans son double élément. Ces inégalités sont dues à deux causes : l’influence des milieux, dont la loi est prépondérante dans la création et le développement du règle animal; l’influence des institutions, qui agissent à leur tour comme les milieux mêmes.

Il suit de là qu’une nation, après avoir débuté avec une énergie virile, peut s’efféminer, et par là même déchoir : c’est ce qui est arrivé aux Perses après Cyrus, aux Grecs, après la guerre du Péloponèse ; aux Romains eux-mêmes, à la suite de leurs immenses conquêtes et de leurs guerres civiles. Par la même raison, si une race peut s’efféminer, elle peut aussi, par le travail, la philosophie et les institutions, se viriliser davantage : c’est ce qui est arrivé pour les Français du Tiers-État, dans cette période à jamais glorieuse qui s’étend de la mort du cardinal de Fleury (1743) à celle de Louis XVIII (1824). On ne saurait dire que ce mouvement se soit aussi bien soutenu de 1825 à 1860; mais le travail peut être repris.

Cette oscillation de l’élément masculin à l’élé-