Page:Puyjalon - Récits du Labrador, 1894.djvu/26

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
25
RÉCITS DU LABRADOR

œufs ayant de nombreux usages culinaires et industriels.

Un jour ou deux après l’éclosion des œufs, les jeunes goëlands sont assez vigoureux pour sortir du nid et se cacher dans les anfractuosités du sol lorsqu’un danger les menace. À cette époque de leur vie, leur langage semble peu développé et se réduit à un caquetage assez désobligeant qui exprime leurs craintes, qu’ils manifestent aussi, à la façon des conscrits sur le champ de bataille. Cependant ils comprennent déjà fort bien les paroles que laissent tomber, en volant au-dessus d’eux, des parents ou des amis pleins de vigilance. Une intonation les immobilise, une autre les incite à se cacher, une autre les fait courir et leur indique qu’ils doivent prendre la mer sans délai. Ils restent près d’une année entière dans cet état d’infériorité et ce n’est que lorsqu’ils ont perdu toutes les plumes grises de l’enfance qu’ils acquièrent le complément d’instruction qui leur manque. Ils deviennent alors aussi éloquents et aussi canailles que leurs aînés. Le chasseur enfin, achève leur éducation à coups de fusil et, quand ils échappent au plomb une fois ou deux sans trop d’avaries, ils deviennent inabordables.

Le jeune anglais et le jeune irlandais sont un mets fort agréable, s’ils sont rôtis avec