Page:Puyjalon - Récits du Labrador, 1894.djvu/37

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
36
RÉCITS DU LABRADOR

tait, je ne voulus pas paraître reculer devant un danger possible et nous mîmes à la voile.

Il était difficile d’être plus bête, mais ce fut ainsi. L’homme n’est pas parfait, je suppose que chacun sait ça. Aujourd’hui, quand j’ai un retour de sotte vanité, je pense aux heures aimables que j’ai passées le long du plain de Natashquan, et ça ne dure pas.

C’est égal, c’était un rude matelot que Philippe !