Page:Puyjalon - Récits du Labrador, 1894.djvu/38

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
37
RÉCITS DU LABRADOR


LE CANARD EIDER


(Somateria mollissima — Leach).

De tous les oiseaux nageurs, que les lois de chasse sont impuissantes à protéger, le plus remarquable, le plus intéressant, le plus précieux est sans contredit le canard eider.

Dans le pays des Sagas, à l’époque où la vie humaine n’était prisée qu’à sa juste valeur, le trépas de l’un de ces oiseaux était puni de mort. Aujourd’hui, dans cette même Islande, l’amende a remplacé la peine capitale. Tout dégénère ! La Suède et la Norvège, ces deux régions labradoriennes de l’Europe, ont imité cet exemple de mansuétude exagérée et l’assassinat d’un eider n’y est plus qu’un simple délit.

Les lois ont fait de cet animal bienfaisant une propriété civile soumise à toutes les charges et protégée par toutes les restrictions légales. Un chef de famille possède quatre ou cinq cents eiders, au même titre que vous pourriez posséder un même nombre de moutons ou de bœufs. Il jouit des produits de ce troupeau ailé et le lègue à ses enfants, lorsque l’heure a sonné pour