Page:Puyjalon - Récits du Labrador, 1894.djvu/65

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
64
RÉCITS DU LABRADOR

mailles de 6 pouces de côté, une longueur de 20 à 25 brasses et de 2 brasses à 2½ brasses de hauteur ou de retombée. La ralingue (corde qui borde le filet) du haut est garnie de liège ; celle du bas est garnie de plombs ou de cailloux ronds assez lourds pour maintenir le filet au fond de l’eau, et assez rapprochés pour que la ralingue du bas ne puisse pas se soulever et soit, sans solution de continuité, bien collée aux roches du fond. Ce filet se tend autour des échoueries. Les loups-marins, en nageant près des roches où ils viennent se reposer, s’engagent dans le chaudenette, qui les retient toujours assez longtemps pour les noyer.

Ces trois procédés de chasse sont usités tout l’été, non-seulement pour le loup-marin d’esprit mais encore pour toutes les espèces de phoques qui fréquentent le golfe pendant le cours de la belle saison. C’est ainsi que j’ai pris, plusieurs fois, dans des chaudenettes des Cœurs et des Têtes de cheval.

D’autres méthodes ont été essayées et l’on a tenté de s’emparer des loups-marins au moyen de gros hameçons disposés autour des roches et au moyen de lignes flottantes entre deux eaux, etc. Toutes ces méthodes ont été abandonnées. Elles étaient peu productives ou abîmaient les peaux.