Page:Puyjalon - Récits du Labrador, 1894.djvu/66

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
65
RÉCITS DU LABRADOR

La peau du loup-marin d’esprit, quand elle est bien pivelée, est recherchée pour la confection des sacs à tabac garnis de rassades, de gilets chauds et inusables, de coiffures d’hiver, de mitaines, etc. L’huile que l’on obtient de la graisse se confond avec toutes les autres huiles de phoques.

Cet animal donne lieu à quelques transactions avantageuses, mais sans importance, si on les compare à celles qui sont dues à la grande chasse des loups-marins de banquises.

Les loups-marins de banquises, c’est-à-dire ceux qui se réunissent en grandes troupes, au printemps, sur les champs de glace qui recouvrent les eaux du golfe, comprennent plusieurs espèces ou sous-genres qui sont :

1o Le loup-marin brasseur — harpseal des Anglais, le cœur des Acadiens, le phoca Groenlandica de Fabricius.

2o Le loup-marin jaune ou plaqué — probablement phoqua foetida de Fabricius.

3o Le loup-marin à pattes carrées — le square flippers des Anglais, — phoca barbata de Fabricius.

4o Le loup-marin grosse tête, — capuchon ou poche des Acadiens, — stemmatopus cristatus de Cuvier.

L’on tue encore sur les banquises le