Page:Puyjalon - Récits du Labrador, 1894.djvu/79

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
78
RÉCITS DU LABRADOR

Quelques chasseurs m’ont assuré avoir tué des stemmotopes ayant trois narines. Je ne cite ce dernier fait et celui qui précède que pour indiquer combien il serait nécessaire d’étudier de plus près des animaux encore bien mal connus, quoi qu’on dise. Dans la transformation de la grosse tête à l’époque de ses amours et dans l’augmentation anormale de ses narines il y a, sans aucun doute, quelque chose de vrai ; mais qu’est-ce exactement ? Je ne puis encore le dire et je suis sûr que les naturalistes les mieux renseignés n’en savent pas, sur ces points, beaucoup plus long que moi, et je le regrette.

Les gros loups-marins de brassées sont dans toute leur graisse après le 15 mars. Ils pèsent jusqu’à quatre cents livres et donnent jusqu’à quinze ou seize gallons d’huile.

Les capuchons arrivent à peser 2 000 livres, mais ils produisent relativement moins d’huile que les cœurs et les plaqués (loups-marins de brassées).

Le rendement en huile du poil de cochon et du tête de cheval est aussi relativement moins considérable.

En général, toutes les goëlettes ont regagné leur port d’armement dans les premiers jours du mois de mai.

Le premier soin des chasseurs une fois