Page:Puyjalon - Récits du Labrador, 1894.djvu/87

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
86
RÉCITS DU LABRADOR

vaise langue, colère, mais vaillante, franche et le cœur sur la main. Elle donne de nombreux enfants à son mari et fait son bonheur quand elle a le temps, entre deux bordées d’injures.

Nous commencions à nous décourager, lorsque j’aperçus une perdrix branchée sur une épinette, Je fis feu et l’animal tomba. Presque au même moment, mon compagnon de chasse faisait feu à son tour. C’étaient des perdrix de savane et nous en tuâmes cinq ou six sans désemparer.

Cette heureuse exécution nous remit en joie et nous continuâmes à chasser. Quelques pas nous séparaient encore de la plaine, que nous cachait une pointe boisée, la pointe du bonhomme Thaddée, si j’ai bonne mémoire.

Tout à coup, nous aperçûmes sur le bord de la mer un être noir qui se livrait aux plus singulières évolutions. Cela se précipitait à l’eau, puis revenait au plus vite se rouler dans le sable, en soufflant et en grognant.

— Mais, c’est l’ours ! dit Hector, est-il fou ?

Nous nous retournâmes instinctivement vers le bois, et nos regards furent tout aussitôt frappés par le plus étonnant des spectacles. J’en ris encore en vous contant cette véridique histoire.