Page:Quitard - Dictionnaire des proverbes.pdf/37

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
17
AFR

Un bon curé et une dame galante se trouvaient dans un observatoire. Ils avaient ouï dire que la lune était habitée, ils le croyaient, et, le télescope en main, tous les deux tâchaient d’en reconnaître les habitants. Si je ne me trompe, dit d’abord la dame, j’aperçois deux ombres : elles s’inclinent l’une vers l’autre. Je n’en doute point, ce sont deux amants heureux… Eh ! non, madame, s’écria le curé : les deux ombres que vous voyez sont deux clochers d’une cathédrale. — Ce conte est notre histoire ; nous n’apercevons le plus souvent dans les choses que ce que nous désirons y trouver. Sur la terre comme dans la lune, des passions différentes nous font toujours voir ou des amants ou des clochers.

affliction. — L’affliction ne guérit pas le mal.

Non est auxilium flere (Ovide). Les larmes ne sont d’aucun secours. Il ne faut pas épuiser à pleurer ses peines les forces qu’on peut avoir pour les adoucir. Le temps le plus mal employé, dit le duc de Lévis, est celui qu’on donne à ses regrets, à moins qu’on n’en tire des leçons pour l’avenir.

Scapin fait un excellent calcul lorsque, au lieu de s’affliger, il rend grâce à Dieu de tout le mal qui ne lui est point arrivé.

Afrique. — Qu’y a-t-il de nouveau en Afrique ?

Quid novi fert Africa ?

Cette interrogation proverbiale, fréquemment employée parmi nous, au sens propre, depuis dix ans que nous sommes campés en Afrique, nous est venue des Romains. On prétend qu’elle dut sa naissance à la curiosité vivement excitée chez eux par les événements multipliés qui se succédèrent dans cette région, lorsqu’ils en firent la conquête ; mais on se trompe, car la chose se disait longtemps avant l’époque dont on parle. Pline le naturaliste (liv. viii, ch. 16) en donne l’explication suivante : « La rareté des eaux en Afrique attire les bêtes féroces vers les bords d’un petit nombre de rivières ; et, comme la violence ou le plaisir accouple alors des animaux de différentes espèces, il en provient des monstres ; de là le proverbe grec que l’Afrique apporte toujours quelque chose de nouveau. »