Page:Réflexions sur la révolution de France.pdf/19

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


sont les importantes questions qu’il examine et qu’il discute avec toute la sagacité et la profondeur que personne n’ose plus lui refuser aujourd’hui[1].

Nul moment n’était clone plus favorable pour remettre au jour les Réflexions de M. Burke sur la révolution de France[2]. Puissent ses leçons n’être pas de nouveau données en pure perte Puissent nos hommes d’état être moins présomptueux que ceux de 1789, dont plusieurs comptent encore dans leurs rangs ! Puissent-ils surtout ne pas oublier que leurs devanciers furent poussés par des successeurs qui ne les valaient pas, et que ceux-ci furent poussés à leur tour par des successeurs pires encore, comme les flots seront poussés par les flots tant que soufflera le vent des orages.

A***, Éditeur.
  1. M. l’abbé de Pradt lui-même l’appelle le Tacite de la révolution.
  2. La tempestivité même (il est de mode de placer partout ce mot aujourd’hui) nous a paru si pressante, qu’elle nous a forcé de hâter un peu la mise au jour de cet ouvrage. Nous demanderons donc grâce pour quelques imperfections, qui peuvent se rencontrer dans cette édition.