Page:Régnier - 1914-1916, poésies, 1918.djvu/62

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
56
1914-1916


Rien n’a changé. La bicoque
A des tuiles sur son toit
Et son humble aspect évoque
Quelque humble destin étroit.

Entrez. La salle commune
Donne sur le corridor.
Le buffet, trois chaises, l’une,
En reps, avec des clous d’or ;

La table avec sa vaisselle ;
Du vin. Des fruits dans un plat
Dont la mûre odeur se mêle
À l’âcreté du tabac.