Page:Régnier - Escales en Méditerranée.djvu/123

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


une pareille affaire, mais avec vous on ne peut pas parler sérieusement.

— C’était un vrai plaisir de les faire se rencontrer ; ils étaient mutuellement persuadés que, l’un et l’autre, ils avaient le mauvais œil et, du plus loin qu’ils s’apercevaient, ils faisaient avec leurs doigts le geste cornu préservateur. Je vous assure que c’était comique de la part de ces importants personnages.

— La pauvre femme ! Oui, j’ai appris cela, si elle avait été à Paris, ça ne lui serait pas arrivé.

— Oh ! celle-là, c’est un cœur d’or, mais un cœur d’or dont, par un malencontreux hasard, la bourse est toujours à sec quand elle est émue d’une misère qu’elle aimerait tant soulager.

— C’est un parfait ménage. Ils se voient juste assez pour ne pas parvenir à ne pas s’entendre.

— Quand vous l’aurez lu, je serai curieux de savoir ce que vous en pensez.

— Non, quand j’ai connu la Princesse, il ne venait plus chez elle.

— C’est une drôle de façon d’élever un enfant !

— Elle fait faire toutes ses robes à Paris.

— Paris, vous savez, on l’a dit, c’est…

— Moi, je ne crois jamais qu’à moitié ce