Page:Régnier - Escales en Méditerranée.djvu/151

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


beauté. Sa précieuse soie a la teinte du rubis ; il enchante comme une pierre précieuse et il enivre comme un vin. Il ne faut pas trop le regarder, mais il suffit de l’avoir entrevu pour ne plus l’oublier. Sa pourpre est tout enrichie de fines fleurs d’or. Ah ! qu’il est beau en sa fraîche et superbe somptuosité. Il est venu s’étendre aux pieds de celle qui le possédera désormais ; il est venu de la lointaine Perse, de la grande Mosquée d’Ardébil où il recouvrait une tombe dont l’arête l’a fendu d’une longue déchirure que des mains habiles répareront. Les bords rapprochés de sa blessure se rejoindront et il se retrouvera intact en sa vivante chair de soie.




Nous avons remonté le Bosphore jusqu’à Roumeli-Hissar qui est le point où il est le plus resserré. A la vieille forteresse de Roumeli-Hissar s’oppose sur la rive d’Asie celle d’Anatoli-Hissar. Selon le courant, on s’approche ou on s’éloigne de l’une et l’autre des rives. Elles sont toutes deux bordées de villages, d’habitations, de jardins, de palais. En Europe c’est le jaune Tcheragan et le blanc Dolma-Bagtché tout en marbre découpé, en