Page:Régnier - Escales en Méditerranée.djvu/172

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Le Vautour est venu nous rejoindre à l’ancrage de Beïcos.




Le personnage le plus décoratif de l’ambassade de France est certainement le « kawas ». Le « kawas » tient du portier, du garde du corps. Il porte une livrée qui est un costume. Il a une haute canne comme un majordome, il est galonné sur toutes les coutures et il est armé comme un janissaire. Albanais, il est vêtu à l’albanaise, avec de longs poignards passés dans la ceinture. Il a haute mine. Comme l’Ambassadeur représente la France, je ne dirai rien de lui, mais je garderai bon et charmant souvenir de plus d’un des agents qui le secondent, de l’un d’entre eux surtout et de son aimable accueil parmi les beaux objets d’art musulman : étoffes, calligraphies, miniatures, faïences dont il aime à s’entourer.




Quoique Loti nous dissuade de nous promener sur la rive d’Asie qu’il déclare peu sûre, nous sommes allés visiter le palais de Beïcos qui n’a d’ailleurs rien de bien curieux.