Page:Régnier - Escales en Méditerranée.djvu/180

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


tapissent, ces mêmes faïences, de leurs carreaux égaux et miroitants en leur émail précieux, les deux loges d’où le Sultan et ses femmes assistaient à la prière. Mais aujourd’hui tout est silence dans la Mosquée Verte, aucune voix n’y psalmodie les sourates du Coran. Seul le bruit mou de nos babouches glisse sur le pavement. En partant j’ai jeté un dernier coup d’œil sur le petit bassin et il m’a semblé, sur son eau glauque, voir se pencher le col d’émeraude et de saphir d’un paon imaginaire dont la roue ocellée eût été faite de tous les verts et de tous les bleus dont mes yeux gardaient le beau souvenir émaillé.




En sortant de la mosquée l’un de nous a remis à l’iman, de la part de Loti, le mystérieux petit paquet qui lui était destiné. L’iman l’a ouvert devant nous. Il contenait un porte-cigarettes, ce qui ne nous étonna pas outre mesure, car les dames sont curieuses et, quand elles tracassent trop longtemps un nœud qui n’a rien de gordien, il est bien rare que ce nœud ne se dénoue pas. Il ne faut pas confier aux femmes un secret, même quand il est enveloppé dans du papier.