Page:Régnier - Escales en Méditerranée.djvu/237

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


ches, délicieuses à voir et surprises en leurs savoureuses virginités.




Pour aller de Corfou à l’Achilléion, on traverse une partie de l’île. La voiture suit une assez mauvaise route que bordent des haies de figuiers de Barbarie aux raquettes piquantes, le long de champs dont le sol est crevassé, car l’été doit être brûlant à Corfou, si l’on en juge par la chaleur de cette journée de fin de septembre. Cependant l’air s’allège un peu à mesure que l’on monte vers l’Achilléion. C’est en effet sur un des points élevés de l’île que l’Impératrice Élisabeth d’Autriche a bâti la villa corfiote qui est maintenant la propriété de l’Empereur d’Allemagne. Elle est située au faîte d’un cap, parmi des jardins qui l’entourent de beaux ombrages et d’où l’on découvre un vaste horizon marin, d’une terrasse à balustre de marbre. C’est sur cette terrasse qu’est placée la statue d’Achille mourant, symbole d’une destinée héroïque atteinte d’un trait perfide, car nulle vie, si divine qu’elle paraisse, n’est invulnérable au malheur ! La mélancolique souveraine savait mieux que personne que les plus hautes fortunes sont sujettes à cette loi cruelle et c’est