Page:Régnier - Escales en Méditerranée.djvu/52

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


les couleurs, tout ce qui constitue le merveilleux spectacle de la mer. Surtout je m’interdis toute impatience d’arriver quelque part, cette hâte, cette attente d’autre chose qui, sous un fallacieux appât de nouveauté, détruisent le charme de l’heure présente. Que faut-il de plus pour qu’elle soit belle, que sa beauté ?




Le soleil se couche. Le sifflet du quartier-maître retentit. Le pavillon qui bat à l’arrière glisse et descend doucement. On « amène les couleurs ». Les flammes qui flottent au sommet des mâts s’abaissent. Le crépuscule vient. Les feux s’allument. La nuit est lumineusement étoilée. Dans l’ombre légère et comme transparente s’élève une voix qui dit : « Oui, voilà comment il comprend la navigation !... Tous les ans, il invite quelques amis sur son yacht. On le charge de caisses de champagne et de porto, et on y joue au poker, du matin au soir. L’année dernière, ils sont allés aux îles du Cap-Vert et, de toute la croisière, personne n’a mis une fois le pied sur le pont. Au bout d’un mois, ils se sont retrouvés à Marseille comme ils en étaient partis, c’est-à-dire autour de la table de jeu. M... perdait