Page:Régnier - Escales en Méditerranée.djvu/60

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


doute, nous aurons quitté Naples la laissant à sa joie d’être belle et de vivre, malgré les frémissements souterrains de son sol instable et la fumante menace de son Vésuve.




Le yacht a quitté l’ancrage du port de Naples pour aller se poster à Sorrente. Ici l’air est moins brûlant. Le soir a été doux et tendre comme une élégie de Lamartine. Du bord, on entend la chanson des mandolines et l’on respire de fines odeurs de feuilles et de fleurs. Je pense au récit que m’a fait mon ami B... d’un séjour à Sorrente chez la Princesse G... Avec sa corpulence de déménageur, sa dégaine de grenadier, son teint de couperose, décolletée jusque au nombril, des colliers de perles jusqu’au ventre, les « cheveux épars » le soir, à la lueur des torches, elle dansait des tarentelles, avec accompagnement de mandolines et de guitares. A cette époque, B... s’occupait beaucoup d’un certain brigand napolitain appelé Avitabile dont les féroces exploits l’enchantaient. Ayant fait prisonnier un de ses ennemis, il lui ordonne de sauter du sommet d’un haut rocher dans la mer. Par miracle, l’homme arrive en bas sans se rompre les os. On le ramène devant Avi-