Page:Rétif de la Bretone - Le Paysan et la paysane pervertis, vol. 1, 1784.djvu/12

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

L’Éditeur au Lecteur.

J’offre avec confiance cet Ouvrage au Publiq : Que j’en-ſois l’auteur, ou que j’aye mis-seulement-en-ordre les Lettres qui le composent, il n’en-eſt pas moins-vrai, que les Perſonages y-parlent comme ils le doivent, & que ſans le ſecours de la ſouſcription, on devinerait leur condition à leur ſtyle. Celui de Pierre-R★★ & de Fanchon-Berthier ſa femme, eſt d’un naturel frappant : ét c’eſt des Lettres du reſpectable Frère ét, de la vertueuse Belle-ſœur du Paysan & de la Paysane, que j’attendis, lors de la première édition complette, un ſuccès mérité : la religion, la tendreſſe paternele, maternelle, filiale, fraternelle, y-brillent d’un éclat pur ét ſans nuage… On trouvera dans cette Production, le ſimple, l’attendrissant, le ſublime, le terrible ; le vice y-est peint hideus, la vertu, comme elle aſſiſte devant le trône de Dieu ; on y-voit la naïveté, l’innocence, la perversion, la volupté, la débaûche, le remords, la penitence, une conduite admirable ét digne d’un Saint ét d’une Sainte, dans les deux mémes perſones, ſans qu’elles changent de caractère ; le vice leur était-étranger, & la vertue naturelle ; laiſſés à eux-mêmes, le Frère ét la Sœur y-reviennent.

Que les petits Puriſtes critiquent, ſ’ils l’osent, & le style ét les détails : tout cela part du cœur, & ils ne le connaiſſent pas ; ils n’ont que de l’eſprit.


Le Correcteur-d’épreuves avertit, que,

  1. les points d’interruption, toute la ponctuation, les capitales, l’orthografe, les barres-d’interlocution —, ét les tables ſont de lui ;
  2. les titres des Lettres ſont de Pierre-Rameau ;
  3. le chois ét l’explication des figures, ſont de l’Editeur  ;
  4. toutes les notes non-ſignées ſont de Pierre-Rameau ;