Page:Réveillaud - Histoire du Canada et des canadiens français, de la découverte jusqu'à nos jours, 1884.djvu/321

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



CHAPITRE II


De l’indépendance des États-Unis à la guerre anglo-américaine
(1776-1814)


La période que nous allons maintenant raconter est la plus sombre de l’histoire intérieure du Canada. Son peuple avait laissé passer l’heure de reconquérir sa liberté. Il allait éprouver les lourdes conséquences de la servitude. Dure servitude, en effet, que celle qui, pendant quelques années, pesa sur le Canada ! Les Anglais, irrités de leurs échecs dans leur lutte contre leurs anciennes colonies, peu sûrs de la fidélité de ceux qui acceptaient encore leur domination, voyant partout des suspects et redoutant partout des rebelles, déployaient les rigueurs d’une ombrageuse tyrannie. Le « Conseil législatif » que le gouvernement convoquait ou ajournait à son gré et où, d’ailleurs, les Canadiens français n’étaient représentés que par une minorité dérisoire (8 membres sur 23, en 1877) était trop inféodé à la couronne, trop acquis aux intérêts anglais, pour jamais faire à ces mesures draconniennes l’ombre d’une opposition. Aussi les gouverneurs avaient-ils libre carrière pour arrêter, emprisonner ou déporter les citoyens suspects.