Page:Réveillaud - Histoire du Canada et des canadiens français, de la découverte jusqu'à nos jours, 1884.djvu/423

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Le Parlement prit ses vacances, puis la rentrée eut lieu sans amener de changements à la situation. Il fut dévoilé cependant que le ministère avait essayé d’acheter quelques-uns des membres de l’opposition. L’échec de ces tentatives, aussi bien que des efforts faits pour amener quelques conservateurs à s’adjoindre au ministère, laissait pressentir de nouveaux et prochains ébranlements. MM. Mac Donald et Dorion allèrent au devant de ces embarras et déposèrent leur démission et celle de leurs collègues entre les mains du gouverneur.

Les conservateurs revinrent au pouvoir. M. Étienne Taché, (un Canadien siré, comme disaient plaisamment les démocrates, parcequ’il avait accepté, de la reine d’Angleterre, le titre de sir ou de chevalier), devint premier ministre et s’assura pour le Bas-Canada le concours de MM. George Cartier, Langevin, Chapais, etc., tandis qu’il chargeait M. John A. Mac-Donald de choisir les ministres du Haut-Canada. Le 30 mars 1864, les nouveaux ministres prêtèrent le serment d’usage. Ils développèrent ensuite leur programme, qui était surtout économique et financier. La découverte de mines d’or dans le bassin de la rivière Chaudière, de mines de cuivre en plusieurs endroits, avait produit, dans tout le pays, cette sorte de fièvre particulière à ce genre de découvertes. Plusieurs compagnies se formèrent pour l’exploitation de ces mines et le gouvernement, pour empêcher des abus et des usurpations, dut soumettre à la Chambre divers projets de loi sur la matière.

Le ministère dut donner encore son attention aux lois des milices ; il porta à cinquante sous par jour la