Page:Réveillaud - Histoire du Canada et des canadiens français, de la découverte jusqu'à nos jours, 1884.djvu/48

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


âmes à Jésus-Christ, mettant un nombre certain pour un incertain. Ce bon Père faisant peu de cas de ce nombre, dit là-dessus par admiration : N’y a-t-il que cela ? comme si ce n’étoit pas un sujet assez grand pour employer un homme !… »


En suivant cette histoire, nous retrouverons bientôt ces mêmes Pères Jésuites fort occupés de la Nouvelle-France, mais beaucoup moins, semble-t-il, pour convertir à la foi chrétienne les âmes des sauvages, que pour frustrer Mons et Poutrincourt des concessions de terres qui leur avaient été accordées et se les faire adjuger à eux-mêmes sous le couvert d’une dame de qualité, la marquise de Guercheville, fort dévote et très accréditée à la cour de Marie de Médicis. C’est là un chapitre curieux des gestes de la trop célèbre Compagnie, qu’on peut trouver tout au long dans l’histoire de Lescarbot.

Le Jonas arriva à Port-Royal le 28 juillet, y ramenant, avec l’abondance, l’entrain et le courage qui avaient un moment tout à fait abandonné la petite colonie. Dès le lendemain, on commença à ouvrir la terre pour la préparer aux semailles d’automne. En homme de sens, Poutrincourt avait compris dès l’abord la vanité des calculs que tant d’autres fondaient sur les mines et sur les trésors métalliques du Nouveau-Monde ; les pêcheries et les fourrures ne lui parurent même qu’une ressource incidente ; il visa tout de suite à fonder un établissement agricole, appuyé sur une population laborieuse et sédentaire. Ce pays, presque inhabité — car les tribus indiennes étaient fort disséminées et peu nombreuses, — ces rivages fertiles, ces lais de mer, ces polders d’une exploitation facile et ces