Page:R.-H.-J. Cambresier - Dictionnaire walon-françois, 1787.djvu/161

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
RI
155

Crèche, ſ. f. La mangeoire des bœufs, des brebis & autres animaux ſemblables ; mettre du foin, du fourrage dans une crèche.

Riſtai râteau, ſ. m. Inſtrument d’agriculture & de jardinage avec lequel on ramaſſe du foin dans les prés, de l’orge, de l’avoine dans les champs, & l’on nettoie des allées dans les jardins, un râteau à dents de fer, un râteau à dents de bois, paſſer des allées au râteau.

Gril, ſ. m. (l’l. ne ſe prononce point dans le diſcours familier, & ſe mouille quand on la prononce) uſtenſile de cuiſine qui eſt fait de pluſieurs verges de fer miſes enſemble à quelque diſtance l’une de l’autre & ſur lequel on fait rôtir de la viande ou du poiſſon, mettre du boudin ſur le gril.

Fauchet, ſ. m. Eſpece de râteau qui a des dents de bois des deux côtés & qui ſert à ramaſſer l’herbe fauchée.

Riſtende on dit, repaſſer du linge, une étoffe, le repaſſer avec le fer, pour dire, le rendre plus uni, plus propre, en ôter les mauvais plis.

Dreſſer, v. a. Repaſſer, dreſſer un mouchoir de cou, dreſſer des rabats.

Riſtopé boucher, v. a. Fermer une ouverture, boucher un tonneau.

Reboucher, v. a. Boucher une ſeconde fois.

Engorger, v. a. Boucher le paſſage par où les eaux, ſe doivent écouler, les immondices ont engorgé cet égout.

Calfeutrer, v. a. Boucher les fentes d’une porte, d’une fenêtre avec du papier, ou des liſieres, &c. pour empêcher que le vent n’entre, il faut calfeutrer cette porte.

Riteie fruit, ſ. m. Terme de maçonnerie qui ſe dit de la retraite ou diminution d’épaiſſeur qu’on donne à une muraille à meſure qu’on l’éleve, donner du fruit à une muraille.

Ritiré (s’) ſe retirer, v. réc. Se raccourcir, cette toile ſe retire au blanchiſſage, du drap qui ſe retire à l’eau.

Se rétrécir, v. réc. Devenir plus étroit, le cuir ſe rétrécit à la pluie, au feu.

Ritrôkî (s’) ſe reclure, v. réc. Se renfermer dans une clôture étroite, il eſt allé ſe reclure dans une cellule proche d’une telle Egliſe, il n’a d’uſage qu’à l’infinitif, & aux temps formés du participe.

On dit qu’un homme eſt reclus dans ſa chambre ou dans ſa maiſon, quand il ne ſort point, & qu’il ne voit perſonne, il demeure reclus dans ſa maiſon tout du long de l’hiver.

Rivengî (s’) ſe revancher, v. réc. Se défendre, il eſt permis de ſe revancher quand on eſt attaqué.

Riv’ni al bok on dit de certaines viandes, qu’elles reviennent, pour dire, que lorſqu’on les a mangées, elles cauſent des rapports, qu’elles envoient des vapeurs qui en portent le goût, l’odeur, &c.

Riwâde affut, ſ. m. En terme de chaſſe il ſignifie l’endroit où l’on ſe poſte pour attendre le gibier à la ſortie du bois où à la rentrée, tirer un lievre à l’affut, attendre un ſanglier à l’affut.

On dit fig. & prov. être à l’affut, pour dire, être au guet, épier l’occaſion de faire quelque choſe, il y a long-temps, que je ſuis ici à l’affut.

R’jeton ſurgeon, ſ. m. Rejeton qui ſort du tronc, du pied d’un arbre, cet arbre n’a pas pouſſé de rameaux, il en eſt ſeulement ſorti quelques ſurgeons.

Tendron, ſ. m. Bourgeon, rejeton tendre de quelques arbres, de quelques plantes, les chevres