Page:Rabelais marty-laveaux 02.djvu/142

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée
134
le tiers livre.


tement dissolu toute craincte qui me pouoit intimider. Ainsi te soit donné des cieulx, tousiours bas & rovdde opérer. Or doncques à ta parolle ie me mariray. Il n’y aura poinct de faulte. Et si auray tousiours belles chambrieres, quand tu me viendras veoir, & seras protecteur de leur sororité. Voy là quand à la première partie du sermon. Escoute (dist frere Ian) l’oracle des cloches de Varenes. Que disent elle ? Ie les entends, (respondit Panurge). Leur son est par ma soif plus fatidicque que des chauldrons de Iuppiter en Dodone. Escoute. Marie toy, marie toy : marie, marie. Si tu te marie, marie, marie, tresbien t’en trouueras, veras, veras. Marie, marie. Ie te asceure que ie me mariray : tous les elemens me y inuitent. Ce mot te soit comme vne muraille de bronze.

Quant au second poinct, tu me semblez aulcunement doubter, voyre deffier de ma paternité : comme ayant peu fauorable le roydde Dieu des iardins. Ie te supply me faire ce bien de croire, que ie l’ay à commandement, docile, beneuole, attentif, obeissant en tout & par tout. Il ne luy fault que lascher les longes, ie diz l’aiguillette, luy monstrer de près la proye : & dire, hale, compaignon. Et quand ma femme future seroit aussi gloutte du plaisir Vénérien que fut oncques Messalina, ou la marquise de Oinsestre en Angleterre, ie te prie croire, que ie l’ay encores plus copieux au contentement. Ie ne ignore que Solomon dict, & en parloit comme clerc & sçauant : depuys luy Aristoteles a declairé l’estre des femmes estre de soy insatiable : mais ie veulx qu’on saiche que de mesmes qualibre i’ay le ferrement infatiguable. Ne me allegue poinct icy en paragon les fabuleux ribaulx Hercules, Proculus Cæsar, & Ma-