Page:Rabelais marty-laveaux 04.djvu/11

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


AVERTISSEMENT.

OU orthographiques de quelque importance trouveront place fous chaque mot dans le Gloffaire ; les différentes formes des noms propres feront indiquées dans la Table fpe’ciale qui leur ejl confacrée. Cette dijiribution méthodique des variantes nous a paru en augmenter l’utilité^.

Les Sources auxquelles Rabelais a puife’ font indi-

I. Le relevé des variantes, même les moins importantes, difpoféesdans l’ordre où elles fe préfentent, aurait occupé dans notre édition une place fort confidérable, qui nous a paru pouvoir être mieux employée.

Ce travail, entrepris avec beaucoup de zèle dans Tédition de Rabelais de \3.B ! bIiothèque(lzévir ! eitne, a été textuellement reproduit d^ns le tome VI du Rabelais de la colU3ion Jannet & dans le tome III de l’édition de MM. L. Lacour & A. de Montaiglon. Il nous a été d’un très-grand fecours, & nous en avons, prel’que en toute circonftance, conftaté l’exaâitude ; mais il eft loin d’être complet. Les trois premières pages du Prologe (édition de la Bibliothèque ehcvirienne, tome I, pages 3-5), contiennent cinq variantes ; les fept fui vantes ont été omifes :

P^ge 5,

ligue 5

ou dialoge.


IS3)

1 557

■■ 1

on dialoge.

Page 4,

iS

voujlie aduis.

Avant

155s :

■.S




155) :

vojire aduis.




i>37 :


Page 4,

26 :

mfignt.

Avant

1535 :


enftigne.

Page S.

"

II :

au fens.

Avant

1535 : 1535 :

j

on fens.

Page 5,

6 :
qui le induicl.

Avant

1537 : 1535 153 ; : ’537 ■

1

1

qui /’induicl. qui induiâ.

P^ge S,

—7^

quel bien prétend i

1. Avant

1)35 ■•


quel bien

pretendt il.

Quant k la cinquième variante relative aux mots Hefpanolc et Hef- pane (page 5, lignes 5 et 4) elle a été relevée un peu confufément, car l’édition antérieure à 1555 et celle de 1555 portent Hifpanoh et Hif- pane, et celle de 1537 Hifpagnole et Hifpagne.

Nous avons négligé dans ce relevé les variantes purement orthogra- phiques &■ nous nous en fomraes tenu aux textes cités par l’éditeur, qu s’eft, à notre avis, montré un peu trop excluûf dans fon choix. L’édition de Gargantua & de Pantacrutl, publiée en 1542 par Dolet, méritait peut- être qu’on s’y arrêtât. Si les nombreufes différences qu’elle prélente peuvent être négligées dans l’établiffement du texte, elles font du moins importantes à lignaler pour l’hirtoire de la langue.