Page:Rabelais marty-laveaux 04.djvu/12

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


COMMENTAIRE.

quées^ foie par un Jîmple renvoi^ foie par une citation in extenfo.

Les Imitations ont été recueillies dans les œuvres de nos écrivains clajjiques, tels que Molière ^ La Fontaine j Racine^ Voltaire^ Beaumarchais^ & aujji jufquen des écrits de fécond ou de troifième ordre ^ très-peu importants en eux-mêmes j mais où Von obfervera peut-être avec intérêt la continuité d’emploi des mêmes effets comiques Cf la perfifiance de quelques plaifanteries confacréis.

Nous avons fait entrer dans le Commentaire, par dérogation à nos principes^ quelques explications tech- niques étendues j qui n’auraient pu trouver place dans le Glofiaire que fous une forme très-abrégée. Elles font tirées j foit d’ouvrages généraux qui confacrent d’affc^ longs développements à l’examen de certains paffages de Rabelais, tels que /"Hiftoirc du coftumc en France, par M. Jules Quicherat j foit de monographies ^ telles que Rabelais et l’architefture de la RenaifTance, j’flrj’Jf. Lc- normand ^ De la numifmitiquc de Rabelais^ par M. Cartier y C ? r.. ÇT’c.

Les difîcultés du texte étant beaucoup plus nombreufes en certains endroits que dans d’autres, les notes fe trou- vent fort inégalement réparties.

L’étendue des préliminaires qui précédent chaque livre ^ quelques chapitres^ tels que celui des Jeux ©* de la BibliothèquedeSaint-Virtor.i-yî aufjl très-variable. Nous n’avons fuivi en cela que les néceffités du fujetj fans nous préoccuper d’une fymétrie un peu puérile j à laquelle fe font trouvés ajlreints, prefque à leur infu & par la force même des chofes^ les commentateurs qui^ dans leurs édi- tions, ont placé les notes au bas des pages.