Page:Rabelais marty-laveaux 04.djvu/124

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


Il6 COMMENTAIRE.

On voit que ces dernières expressions se rapportent toujours à un combat, à une lutte, ou, tout au moins, à une vive discussion. C’est encore le sens qu’elles ont dans ce passage des Satires de Régnier (p. 8j) :

Aiafi ces gens à fe picquer ardents

S’en vindrcnt du parler à tic tac, torche, lorgne, Qui caffe le mufeau, qui fon riual éborgne.

L. 20 : Et plus Ji’en diâ le depofant. Valete & plau- dite. Calepinus recenfui. La première de ces formules finales appartient aux interrogatoires ; la seconde : « Portez-vous bien et applaudissez, » termine les co- médies latines ; la troisième : « Moi, Calepin, j’ai revu, » est un souvenir des souscriptions des manu- scrits où celui qui s’était chargé de la revision faisait connaître son nom.

Page 73, 1. i ^ : Le Sophijle… eut procès contre les auhres maiftres. Édit. ant. à 1535, 1535’ et 1537 : Com- ment le théologien… eut procès contre les Sorbonifies.

L. II : Philemon. voyant v ? 7 afne. Cette histoire, tirée du traité de Lucien intitulé De ceux qui ont longtemps vécu^ et aussi de Valère Maxime (ix, 12, 6), est répétée avec un peu plus de développements dans le Oiiart Hure (ch. xvil, t. 11, p. 333), Là, Phi- lemon est appelé Philomenes. Le Duchat en conclut avec beaucoup de vraisemblance que Rabelais s’est servi, au moment où il écrivait le quart liure^ du Valère Maxime in-folio publié à Paris en 15 17, où ce nom est ainsi écrit. Voyez ci-dessus, p. 95, note sur la p. 43.

Page 74, 1. i : dixpansdefuuldce. Voyez ci-dessus, p. III, la note sur la page 70, 1. 20.

L. 26 : In modo & figura. « En mode et en figure. »

L. 27 : Parua hgicalia. « Petits traités de logique, » de Petrus Hispanus, devenu pape plus tard souslenom de Jean xxir, publiés à Cologne, par Henri Quentel, en 1500, en i vol. in-S". Voici la transcription fran- çaise du dialogue latin qui suit : « Le drap pour qui