Page:Rabelais marty-laveaux 04.djvu/188

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


COMMENTAIRE.

clercs fous qui remplissaient les rôles comiques dans les représentations d’alors.

L. 4 : Mdioris… houdinos. a Major, De la manière de faire des boudins. » Il est probablement question de Jean Major, Ecossais, ancien régent de Montaigu.

L. 5 : La cornemufe des prelac^. On trouve dans le prologue duY^ liure (t. m, p. 4) sept vers qui sont donnés comme tirés de cet ouvrage, dont l’auteur est qualifié de « vénérable dofteur. »

L. 6 : Beda de optimitate triparum. « Bède, De l’excel- lence des tripes. » Noël Bède, docteur en Sorbonne, ennemi de Guillaume Budé, est appelé gros foupier dans le dernier chapitre d’une anacomie de lu mejfe publiée en 1555.

L. 10 : Des poys au lurt cum commenta. « Avec com- mentaire. » Ici, par le commentaire on peut entendre ce qui accompagne ce plat. « Le defieuncr d’vn fimple Prieur eft d’vnc pcruris (il faut entendre auec le com- ment). » (H. Eftienne, Apologie pour Hérodote^ ch. xxil). Rabelais a rappelé plus tard cet ouvrage imaginaire quand il a écrit le Prologue de GargMitua. (t. I, p. 4)

L. 12 : PreclariJJimi… enucidiluculidijjlma.a Répétition lucidissimc du très illustre docteur en l’un et l’autre droit maître Pillot Raquedenare sur les baguenaudes de la glose d’Accurse à rabobeliner, » c’est-à-dire : à rapetasser, à ressemeler, comme un vieux soulier. Au lieu de ce titre et des six suivants on lit dans l’édition de Juste de 1533 : Ariftoteli libri nouem de modo dicendi horas cj.nonica.s. « Neuf livres d’Aristotc sur la manière de dire les heures canoniques. »

L. 15 : Stratagemata Vrancarchicrï de Buignolec. « Stratagèmes du Franc archer de Bagnolet. » Voyez le Monologue du Franc urchier de Baignollct à la suite des auvres de Villon, p. 150.

L. 16 : Franclopinus de re militari cumfiguris Teuoti. « Franctaupin, De l’art militaire avec les figures de Tev’ot. » Le nom de Tevot est, dans plusieurs f irces, celui d’un soldat peureux, et Rabelais nous apprend