Page:Rabelais marty-laveaux 04.djvu/202

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


iy4

COMMEM AIRt.

meiicent parGaude « réjouis-toi » et Audi nos « écoute- nous. »

Page 272, 1. 12 : le fue…

Je fuois fang & eau pour voir 11 du Japon Il viendroit à bon port au fait de fon Chapon.

(Racine, Les Plaideurs, acte m, se. m)

L. 21 : Qii’on ne fe Jîgnaft… coiffons. Premières édi- tions : (luon ne fe feignj.ft de lu muin gauche^ la bonne femme fe princ u efculler les fouppes pur lu foy des petis poijfons…

L. 27 : Son coufîn Geruuys remué d’vne bufche de mouUe. Du Fail a reproduit ce coq à l’àiie : « voftre coufiiie remuée d’vne bufche, & ce par deuers la paille. )) (t. I, p. 43)

!.. 31 : Non de ponte vudit qui cum fupientii cudit. Pour :

Non de ponte cadit Qui cum fapientia vadit.

« Qui va avec sagesse ne tombe pas d’un pont, w

L. 34 : Les lunettes des princes. Ouvrage souvent réimprimé, de Jean Meschinot, surnomme « le Banny de liesse. » Voyez Brunet, Manuel du lihruire.

Page 273, 1. 2 : Purtie aduerfe… Les premières édi- tions ajoutent : « En fa foy, ou bien. »

L. 3 : Infacerverbo dotis. Pour : In verbo fucerdotis^ « en parole de prêtre. » — « En vérité, refpondit alors le curé… ie vous affeure in verbo fucerdotis. » {Les Cent Nouvelles nouvelles^ LXX). La tmèse dont use Rabelais pourrait s’autoriser par de nombreux exemples, tirés des meilleurs poètes latins.

L. 12 : Lamibuudichon. Chanson populaire :

(Que) ie fceuffe d’vne vielle louer fans plus vne chanfon, Seulement l’amy baudichon ; Ce feroit affez pour me viurc…