Page:Rabelais marty-laveaux 04.djvu/23

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


GARGANTUA. X5

changements & une aflez longue addition à la fin, de l’édition de 1532.

Gottlieb Régis en a publié le texte d’après cet exem- plaire à la fuite de fa traduction de Rabelais (t. II, p. Lxxxv-cxxv). Toutes les variantes qu’elle pré- fente ont été indiquées par Brunet dans fa reproduc- tion des Grandes Cronicques de 1532 ; quant à nous, nous nous contenterons de fignaler, dans les notes de ia réimpreflion qui va fuivre, les deux feuls paf- figes importants où le texte de 1533 diffère de celui de 1532.

Régis a cru que l’original des Grandes Cronicques était anglais 1 ; M. Gafton Paris penfe qu’elles ont été écrites par un auteur originaire de Normandie’^. Il fe fonde fur un aflez grand nombre d’allufions à cette province ; mais il n’a pas remarqué que ces alluflons font prefque toutes contenues dans un complément ajouté à l’édition de 1533. Dans celle de 1532, la plus ancienne que nous connaiffîons, nous trouvons feule- ment une mention afl"ez peu caraftériftique du Mont Saint-Michel & de Tombelaine, localités prefque auffi bretonnes que normandes ; il eft d’ailleurs aflTez lon- guement parlé de la Champagne & de la Beauce, où ff la grant iument fe print à elmoucher », de Paris, où Gargantua « fe alla afl"eoir fur vne des tours de Noftre- Dame », & de beaucoup d’autres provinces & villes. Il me paraît donc tout à fait impoflîble de tirer quelque induftion férieufe des noms géographiques répandus dans les Grandes Cronicques pour découvrir la patrie de leur auteur.

Un fait longtemps contefté, mais qui nous parait d’une certitude évidente, c’eft que Rabelais a compoié fon Pantagruelypour faire fuite aux Grandes Cronicques ^ & qu’il n’a écrit fon Gargantua que plus tard.

Il eft impoffible de s’exprimer plus clairement à ce

1. T. II, p. cxxxi.

2. Rivuc critique, 4 » année, p. 32S.