Page:Rabelais marty-laveaux 04.djvu/278

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


270 COMMENTAIRE.

thelin^ p. 25) en montrant à sa femme le drap qu’il lui avait promis de se procurer, et qu’il venait de déro- ber au marchand.

Page 268, 1. 2 : Les mules au talon. Ce sont les en- gelures. On lit dans la proclamation du roi des fous à Poligny (1494) : « Pauures gens allant à pied, faute de cheual, ayant les mules au talon, faute de fouliers. » Cette expression entrait souvent dans des impréca- tions grotesques, grossièrement rimées. Les entants du Jura criaient jadis aux montagnards :

Montagnon la rougne, Quatre pieds de chougne (^crotin) La mule aux talons Grave montagnon.

Voyez Toubin, Supplément au dictionnaire des patois jurassiens^ aux mots chougne et mule. Mémoires de la Société d’émulation du Jura.

Page 269, 1. 4 : Au iour des fefies Vejlales.Le ^ juin.

Page 271, 1. 18 : Quand Israël. Ps. 113, traduit en vers par Cl. Marot.

Page 272, 1. 32 : Suèdes. Il y a : Suives (Suevo- rum) dans les auteurs que cite Rabelais.

Page 275, 1. 4 : Vn Tarande, que luy vendit vn Scythien. Il y a vesdit dans notre texte, mais c’est une faute d’impression. Voyez la description du Ta- rande dans Pline, viii, 34. On trouve dans le même livre des détails sur la plupart des animaux dont il est question ici. Il faut remarquer que Rabelais a le soin de placer toutes ces merveilles dans l’île de Me- damothi. « nulle part. »

Page 278,1. 25 : Partement. Ainsi dansi552. 1548 : portement, qui paraît préférable et qui se trouve à la page précédente, 1. 26, et à la page suivante, 1. dernière.

Page 279, 1. 30 : La moytié du tout. — … tcXe’ov ru.iau wavTÔc. {Travaux et jours, v. 40.) Rabelais semble avoir eu en vue cette autre maxime : Apy,Yi xb TÎjAtau Travrci ; , at- tribuée par erreur à Hésiode.