Page:Rabelais marty-laveaux 04.djvu/279

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


QUART LIVRE, T. II, P. 286-29O. 2/1

Page 286, 1. 20 : Chapitre gênerai des Lanternes. Tous les commentateurs, même les plus réservés quant aux interprétations historiques, s’accordent à voir dans ce chapitre général, convoqué pour « la fin de Juillet, » où l’on devait « profondement lanterner, » et d’où l’on revenait par le mont Cenis (t. 11, p. 297, 1. 20), le con- cile de Trente dont la sixième session avait été convo- quée pour le 29 juillet 1546.

Page 289, I. i : Comment… Panurge marchande auecqiies Dindenauh vn de fes moutons. Le récit qui occupe ce chapitre et les deux suivants est connu de tout le monde. La locution proverbiale : « les moutons de Panurge, » appliquée à ceux qui suivent sans réflexion l’exemple qui leur est donné, l’a rendu populaire. L’idée en est empruntée à Merlin Coccaie, qui raconte dans sa XI* macarone’e l’expédient de Cingar pour se débarrasser des moutons et des marchands qui en- combraient l’embarcation dont il avait besoin :

Fraudifer ergo loquit paftorem Cingar ad vnum : Vis, compagne, mihi caflronem venderc gralTum ?…

Dans le conte de VAbhesse. La Fontaine met en vers l’histoire des moutons de Panurge, et dans L’Ours &" les deux Compagnons^ il y fait allusion par ce vers :

Dindenaut prifoit moins fes Moutons qu’eux leur Ours. L. 9 : Si la chorde ne rompt.

Nous allons voir beau ieu, fi la corde ne rompt.

(Molière, L’Etourdy, m, 7)

Page 290, \. •]•. De haulte greffe. Voyez ci-dessus, p. 62, note sur la 1. 21 de la p. 5,

L. 14 : Voire. Selon Le Duchat, c’est ici une raillerie dirigée contre Calvin ; et Burgaud des Maretsacité un passage du catéchisme de ce réformateur pour prouver qu’en effet Venfant y répond presque toujours au mi- nistre : « voire ou je l’entends ainsi. » Cette critique de