Page:Rabelais marty-laveaux 04.djvu/313

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


QUART LIVRE, T. II, P. 494-50O. 305

Page 494, 1. 20 : L’ejlomach tiffj.mé na -poincl d’au- reilles. Voyez ci-dessus, p. 301, note sur la 1, 26 de la p. 470.

L. 23 : Tarquin. Tite-Live I, 54.

Page 496, 1. 8 : Chattemittes^ Santorons… Hermites. Rabelais a fait ailleurs (t. in, p. 242) une autre énu- mération du même genre. La Fontaine se les est rappelées lorsqu’il a dit (t. v, p. 190, Blhl. el^év.) :

Le Poète avoit l’air d’un Rendu Comment ! d’un Rendu ? D’un Hermite, D’un Santoron…

et Walckenaër, à qui ce rapprochement avec Rabelais a échappé, a cru que ce mot Santoron était le nom d’un ofEcier retiré à la Trappe, (Voyez à l’endroit cité, la note 2, et le Glossaire de Rabelais)

L. 23 : Féminin genre. Expression empruntée du langage grammatical.

Page 497, h 16 : Les Predicantes. Ou, comme nous traduisons ce titre, l’assemblée des femmes. Praxagora y dit à son mari (v. 652) : « Tu n’auras autre chose à faire que d’aller manger, lorsque l’ombre du cadran sera de dix pieds. »

L. 20 : En Plante.

…. Me puero utérus hic erat solarium

Multo omnium istorum optumum et verissimum.

(Plante, fragments. Dis compressa)

L. 24 : Diogenes. Diogène Laërce, Vie de Diogène. L. 30 : Coucher à neuf. Ce dicton populaire se ter- minait par ce vers :

Fait vivre d’ans nouante neuf.

Page 500, I. n ■.Andromaclie.—Andromaque,y. 269.

… \iVlO’l 5’ij— cTÛV U.’vi à"jflW"’

IV. . 20