Page:Rabelais marty-laveaux 04.djvu/87

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


GARGANTUA, T. I, p. 22-23. 79

chié au lieu de chanté, puis se reprend. Ce quolibet se retrouve dans des Couplets de Beaumarchais pour la fête de M. Lenormj.nt d’Ecioles :

Vlà-t-i pas qu’eft bien chié ! (chanté).

L. 27 : Voule^ vous rien manier à la riuiere ? Cefluy cy va lauer les tripes.

Voulez vous rien mander La bas a la riuiere ? y auez vous affaire ? Les Irippes vay lauer.

{Jean Le Houx, p. 69)

L. 30 : Tanquam fponfus. « Comme un marié, comme un époux. » Il y a une sorte de jeu de mots entre fponfus et le mot efponge {fpongia)^ qui se trouve un peu plus haut.

L. 30 : Sicut terra fine aqua. « Comme une terre sans eau. »>

L. 31 : Va fynonyme de iambon ? C’eft vne compulfoire de heuuettes.

T’imitant, compagnon, Ne me faut de iambon Pour m’inciter à boire : L’ay bientoft auallé, Sans d’vn fergeant fallé, Attendre vn compulfoire.

[Jean Le Houx, p. 69)

Page 23, 1. i : Refpice perfonam : pone pro duos : hus non eft in vfu. « Considère la personne, mets pour deux. » La grammaire exigerait qu’au lieu de : pro duos, on mît : pro duohus ; mais Rabelais ajoute bus non eft in vfu, abus n’est point en usage. » Il y a là, sui- vant Burgaud des Marets, un jeu de mots sur le participe passé bus pour exprimer que boire doit s’em- ployer au présent et non au passé.