Page:Rabelais marty-laveaux 05.djvu/238

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


178

340. <i Belles Decretales de Dieu. » 458. De devant un infinitif, prisdans

un sens absolu. « Lors flaccons d ’aller, iambons Jctroter. goube- letz de voler, breuffes de tinter. » 1,21. «… & flaccons daller, & eulx de corner… » 320. «… Ht Panurgerfcrire. » 328. « Etchiens d’aller après, & elle de fe cacher, & chamberieres de rire. » 329. « Et de crier, & de prier, & de lamenter. » II, 266. « Lors forma vne cloche lix coups feulement, & Monagaux (/’accourir, cv : Mo- nagaux de chanter. » III, 18.

De indique la matière, l’ori- gine, le point de départ, la direction, l’appartenance, la dé- pendance, etc. « Si tu es de Dieu fy parle, fy tu es de l’aultre l’y t’en vas. » I, 132 et IV, 231. <■■ Refponds fi tu es de Dieu. » II, 287. «… tu es de tous les diables. » 288. «… partez d’icy entour. » 327. «… de là en hors. » II, 326. «… il n’eft defieuner que de efcholiers : dip- ner, que (i’aduoeatz, refiiner, que de vinerons : foupper que de marchans, regoubillonner que de chambrières. » 431. «… ils (les ferrements) tomboient de poincte. » III, 38. « Autres de néant faifoient chofes grandes. » 81. Arceaux, vases d’antique. Voir Antique.

De remplit tour à tour les fonctions de diverses prépofi- tions.

1° A ou Au. «… mourut de force de rire… confulta Gar- gantua auecques les gens fur ce qu’eftoitffc faire. » 1, 73. «… con- feille moy à ce qu’eft de faire. » 110. « Les pèlerins difoient… Qu’eft il de faire. » 141. «… ayez efguard de le changer (le Panta- gruelion). ainfi que le voirez

defîechant fus le mal. » II, 236- 237. «… ny n’eft auifi de croire. » III, 300. De rebours. Voir Che- vaucher.

2° Avec, à l’aide, au moyen de. «… veilles vous onques chien rencontrant quelque os medu- lare ?… vous auez peu noter de quelle dcuotion il le guette : de quel foing il le guarde : de quel ferueur il le tient, de quelle prudence il l’entomme : ^« quelle affedion il le brife : & de quelle diligence il le fugee. » I, 5. «… de fon poing faifoyt vn maillet… faifoyt de la terre le fouflé… fayfoit de neceffité ver- tus, faifoyt de tel pain fouppe… » 45. « le me torchay vne fois d’xn cachelet de velours de vne damoyfelle… Vne aultre foys d’va chapron d’ycelles… Vne aultre foys d’xn cachecoul… » etc. 51-52. « Autres faifoient de veffies lanternes, & de nues poifles d’airain… autres faifoient de neceffité vertu. » III, 81.

3° Par. « Bien malheureux eft de telz gens feruy… » I, 175. « Il feut… prins & vaincu de mon père… » 183. «… la quarte fut emportée des diables… » 235. «… en paffant ie fuz deftrouffé des bribrigans… » 377. « Que nuift feauoir touliours, & tous iours aprendre, feuft ce d’xn fot, d’va pot, rf’vne guedoufle, d’xnc moufle, rf’vne pantoufle ? » II, 83. « Plus de Anacreon poète ; lequel mourut eftranglé d’xn pépin de raifin. Plus de Fabius… lequel mourut fuffoqué d’xn poil de chieure. » 333. « Ces deux bandes… furent rencontrées de fon Excellence & de fes compa- gnies. » III, 404.

4 Sur, touchant, relativement à, quant a : « Mieulx eft de ris que de larmes eferipre. » I, 2.