Page:Rabelais marty-laveaux 05.djvu/88

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


28

ALLER A L L I E G E R

fouldars. » III. 342. — « Où va ce chemin, 6t ccftuy-cy. » III, 99. Ici aller ne signifie pas seule- ment mener, conduire ; il est pris dans toute la rigueur de son sens, car ce passage est tiré du chapitre de l’IJle d’Odes, en laquelle les chemins cheminent.

Aller à la mou /larde. «… en feuft faille vne Chanfon, dont les petitz enfans alloyent à la la mou/larde. » I, 321. Le meil- leurcommentaire de cetteexpres- sion est dans ce rapprochement fait par Leroux de Lincy (Le Livre des Proverbes français, 2 e éd., t. II, p. 204) : « L’auteur du Journal d’un Bourgeois de Paris dit, en parlant d’une chanson populaire, en 141 3 : « Item en « icelluy temps chantoientlespe- « tits enfans au foir, en allant au « vin ou A la moutarde, etc.. »

— à mal. «… prœuoyant que tout irait à mal ek perdition. »

II, 407.

— au gibet. « Qui ne le croid, d’enfer aille au gibet… » II, 74.

— au trot. «… comment ces maftines icy… deuroient aller au trot : veu qu’elles re- pailîent fi bien & copieufement. »

III, m.

— au vin. «… pendant le temps qu’il alla au vin. » II,

555-

— de ventre ou ’ de cul. « Auoient… patente la partie pofterieure de la tefte comme nous auons le vifaige : cela eftoit caufe, qu’ils allaient de ventre ou de cul, comme bon leur fem- bloit. S’ils allaient de cul, vous cuilicz ellimez eftre leur alleure naturelle… S’ils allaient deventre, euffiez penfé que fu fient gens iouans au chapifou. » III, 103- 104.

— du pied. « Auffi alloit il du

pied comme vn chat maigre. » I, 283.

— les ambles. «… aller le pas, le trot… les ambles… » I, 47. « Si tous folz allaient les ambles, quovqu’il ayt les iambes tortes, il pafferoit de vne grande toife. » II, 181 ; .

— par escuclles. « Commen- doitque tout allait par cfcuclles. »

I, 20. «… tout y vu parefcuelles. »

II. 305. «… tout ira par cfcuellcs. »

3 I 3-

— rondement en befoigne. « Tu vas rondement en befoigne. Sans exception ne ambages tu m’as apertement diffolu toute craincle qui me pouoit intimi- der. » II, 133.

— y vcoir. « Croyez le fi vou- lez : fi ne voulez, alle% y veoir. » II, 404.

S’en aller. « T’a t’en à ton Roy en fon camp. » I, 350. « Va t’en… en la paix du Dieu vi- uant. » 351. « En ces petites barbouilleryes de depefehes… s’en va beaucoup d’argent. » III, 361.

Aller (V). «…le voyage tant de l’aller que du retour. » II, 271. «… portans face & geftes au retour autant triftes & piteufes, comme auoient eu ioyeufes & gayes à l’aller. » III, 402.

Alleure. «… geftes, maintien, minois, alleures… » II, 274. «… forme compétente & per- faidle alleure. » 384. « Elle… (Mellusine) auoit alleures braues et guallantes. » 405. « Confide- rans les alleures de ces chemins mouuans. » III, 101. Voir Aller de ventre, colonne précédente.

AlXlANClER. «… laillans ces mal plaifans Allianciers… » II, 304.

Alliegeh. Alléger. «… faulce verde… alliege le diaphragme, » IL23.