Page:Racine - Les Plaideurs, Barbin, 1669.djvu/96

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


Et concluez.

L’INTIMÉ d’un ton peſant.

Et concluez. Puis donc, qu’on nous, permet, de prendre,
Haleine, & que l’on nous, défend, de nous, étendre,
Je vais, ſans rien omettre, & ſans prévariquer,
Compendieuſement énoncer, expliquer,
Expoſer, à vos yeux, l’idée univerſelle
De ma cauſe, & des faits, renfermés, en icelle.

DANDIN

Il aurait plus tôt fait de dire tout vingt fois,
Que de l’abréger une. Homme, ou qui que tu ſois,
Diable, conclus ; ou bien que le ciel te confonde.

L’INTIMÉ

Je finis.

DANDIN

Je finis. Ah !

L’INTIMÉ

Je finis. Ah ! Avant la naiſſance du monde…

DANDIN, bâillant.

Avocat, ah ! paſſons au déluge.

L’INTIMÉ

Avocat, ah ! paſſons au déluge. Avant donc
La naiſſance du monde, & ſa création,
Le monde, l’univers, tout, la nature entière
Était enſevelie au fond de la matière.
Les éléments, le feu, l’air, & la terre, & l’eau,
Enfoncés, entaſſés, ne faiſaient qu’un monceau,