Page:Racine - Les Plaideurs, Barbin, 1669.djvu/98

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée

De monde, de chaos, j’ai la tête troublée.
Hé ! concluez.

L’INTIMÉ lui préſentant de petits chiens.

Hé ! concluez. Venez, famille déſolée ;
Venez, pauvres enfants qu’on veut rendre orphelins :
Venez faire parler vos eſprits enfantins.
Oui, meſſieurs, vous voyez ici notre miſère :
Nous ſommes orphelins ; rendez-nous notre père,
Notre père, par qui nous fûmes engendrés,
Notre père, qui nous…

DANDIN

Notre père, qui nous… Tirez, tirez, tirez.

L’INTIMÉ

Notre père, meſſieurs…

DANDIN

Notre père, Meſſieurs… Tirez donc. Quels vacarmes !
Ils ont piſſé partout.

L’INTIMÉ

Ils ont piſſé partout. Monſieur, voyez nos larmes.

DANDIN

Ouf ! Je me ſens déjà pris de compaſſion.
Ce que c’eſt qu’à propos toucher la paſſion !
Je ſuis bien empêché. La vérité me preſſe ;
Le crime eſt avéré : lui-même il le confeſſe.
Mais s’il eſt condamné, l’embarras eſt égal.
Voilà bien des enfants réduits à l’hôpital.
Mais je ſuis occupé, je ne veux voir perſonne.


S C È N E   I V
Chicaneau, Iſabelle, Dandin, Léandre, L’Intimé, Petit Jean, Le Souffleur.
CHICANEAU

Monſieur…

DANDIN

Monſieur… Oui, pour vous ſeuls l’audience ſe donne ;