Page:Rameau - Notes historiques sur la colonie canadienne de Detroit, 1861.djvu/24

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


vons 6 à 8 naissances par an. En 1722 on rebâtit une nouvelle Église pour remplacer l’ancienne chapelle détruite lors de l’invasion des Outagamis, cette Église dura jusqu’en 1755 et celle de 1755 jusqu’à l’incendie de 1805.

Quelques familles nouvelles étaient venues remplacer celles qui étaient parties. Nous voyons s’établir alors à Détroit les familles : Cardinal, Perthuis, Buteau, Goguet, Chapoton, Godefroi, Barrois, Goyeau, Verger dit Desjardins, Séguin dit Ladéroute, Picard et Bineau. La population se retrouva alors être à peu près la même qu’en 1710, savoir 150 à 200. Plusieurs habitants entre autre Picard, Bineau, Lajeunesse et Sanspeur s’étaient établis avec la permision de M. de Tonti, vers l’embouchure de la Rivière à Parent, à 2 milles a peu près du Fort, entre ce Fort et la Grosse Pointe.

Depuis lors en 1727, M. St. Ours-Deschaillons nouveau commandant du Poste avait délivré de nouveaux permis de cultiver entre les dits lots et le Fort, mais tout cela ne constituait que des établissements précaires et sans régularité. Depuis M. de Cadillac, il n’avait point été donné de titre complet et parfait de concession. Les habitants s’en plaignaient, plusieurs étaient arrêtés dans leur dessein d’établir des cultures. Enfin M. de Boishebert qui commandait