Page:Rameau - Notes historiques sur la colonie canadienne de Detroit, 1861.djvu/52

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


année 1836 plus de 2000, de 1836 à 1851, en 19 ans 18 à 20,000. Il est vrai que la portion du district qui forme le comté d’Essex, ne reçut qu’une partie de cette immigration, et même une faible partie ; mais cela suffit pour changer la proportion des populations, et en 1851 l’élément étranger formait dans le comté d’Essex les deux tiers des habitants, 11,393 sur 16,817.

Depuis cette époque les choses se sont modifiées et en votre faveur, le mouvement de l’immigration étrangère s’est arrêté, bien plus la population anglaise paraît s’être accrue moins vite que la vôtre. Les Franco-Canadiens ont continué à croître par le mouvement des naissances à raison de 60 pour cent en 10 ans, et ils sont environ 8500 dans le comté — la population anglaise n’a pas augmenté de plus de 44 pour 100, étant montée de 11,393 à 16,500.

Dans cette période décennale la population anglaise dans ce comté à donc relativement reculé, son accroissement a été beaucoup moindre que le vôtre, et encore faut il observer que, sauf la ville de Windsor, cet accroissement est tout à fait circonscrit dans les deux townships de Gosfield et de Mersea.

Ce changement dans la relation respective des deux populations, se fait sentir en ce mo-